La Restauration Somato-Psychique, RSP

 

Le patient : une entité

 

La RSP aborde le patient dans son entité en ne dissociant pas le physique du mental. La médecine valide de plus en plus la notion de somatisation qui représente près de 80 % de nos maux.

La psycho-neuro-immunologie, cette approche moderne de la médecine, a démontré qu’un choc émotionnel était à même d’effondrer les systèmes de défense.

Alors pourquoi se contenter de ne traiter que les effets alors que nous pouvons accéder aux émotions enfouies qui occasionnent ces dysfonctionnements ?

 

Un grand nombre de maladies de peau ne sont-elles pas reconnues en tant que souffrances émotionnelles ?

Un grand nombre de périarthrites ne sont-elles pas la conséquence d’une difficulté à s’exprimer ?

Un grand nombre d’entorses de cheville ne sont-elles pas la conséquence d’un conflit de territoire ?

Un grand nombre de cervicalgies ne sont-elles pas associées au stress ?

Un grand nombre de lombalgies ne trouvent-elles pas un lien avec un mal-être familial ?

Un grand nombre de hernies discales ne sont-elles pas en rapport avec un conflit affectif (cervical) ou familial (lombaire) ?...

 

 

Le comment des somatisations

 

Pour Freud, les émotions refoulées, et les énergies qu’elles génèrent, cherchent à se manifester par des somatisations ou des modifications du comportement.

Pour Kandel, Prix Nobel de médecine et de physiologie, la mémoire implique la fabrication de nouvelles synapses chargées de stocker les souvenirs. 

La RSP propose l’image du millefeuille, des souvenirs analogues qui se superposent les uns sur les autres.

 

En temps normal, une molécule inhibe le gène et le rend inactif.

Ce n’est plus le cas lors d’un signal suffisamment fort qui écarte cette molécule et déclenche une somatisation.

 

L’un des signaux les plus importants se trouve être l’émotion qui s’intensifie lors de la répétition de l’agression.

 

Alors ne vouloir traiter que le corps physique sans lever la pression émotionnelle peut, dans un grand nombre de cas, s’avérer insuffisant.

 

 

Une écoute fine et subtile

 

Le meilleur outil dont dispose le thérapeute est sa main capable de percevoir des informations émanant de l’enveloppe corporelle du patient.

Elle est capable de percevoir les vibrations émises par les tissus du patient et de transférer les informations recueillies au cerveau du thérapeute.

 

Pour les décrypter, ce dernier dispose d’une grille de décodage en plusieurs dimensions grâce aux passerelles que la RSP a pu établir entre le corps physique (les chaines organo-musculaires), le corps énergétique (l’organe et l’émotion des Cinq Eléments de la médecine chinoise) et le corps mental (Chakras).

La RSP dispose ainsi d’un outil très performant pour identifier et apporter une réponse au  message (somatisation) adressé par l’inconscient du patient.

 

 

 

Se libérer des perturbations 

 

La RSP permet d’établir la relation qui existe entre plusieurs événements du passé, imprimés et refoulés dans l’inconscient avec ceux du présent.

Les mêmes déclencheurs reproduisent les mêmes réactions et donnent les mêmes résultats.

C’est ainsi que le patient va prendre conscience de leur analogie, comprendre leur imbrication pour en réduire les effets perturbateurs puis s’en libérer.

Grâce à des outils appropriés à la spécificité du message, dont le but est d’atténuer la souffrance occasionnée, le patient devient acteur de sa guérison.

Il va pouvoir discerner et choisir  plus facilement les moyens qui lui permettront de modifier son comportement pour éviter que les mêmes causes reproduisent les mêmes effets.

 

 

Des résultats étonnants

 

La prise en charge par un thérapeute certifié compétent à la pratique de la RSP diffère d’une prise en charge traditionnelle car elle vise à traiter prioritairement le patient et non les symptômes.

Depuis près d’une quinzaine d’années, cette approche a fait ses preuves chez les kinésithérapeutes et ostéopathes qui l’utilisent quotidiennement auprès de leurs patients.

En ne dissociant pas le physique du psychique, elle leur permet de tendre vers un mieux-être en agissant simultanément sur les plans physique, organique, physiologique, psychique.

 

 

Des protocoles adaptés

 

La RSP propose deux protocoles validés, efficaces et adaptés aux attentes de nos patients.

L’un s’attache aux traitements rapides des cas d’urgence ou localisés.

Il ne prend que cinq à dix minutes et s’intègre très facilement dans une séance d’ostéopathie.

Il s’adapte au type de perturbation identifié  comme les intoxications, les traumatismes articulaires, musculaires et tendineux, les douleurs rachidiennes, les dysfonctionnements organiques… Il peut être reproduit au cours de plusieurs séances.

 

L’autre vise à traiter les problèmes de fond tel la déprime, le stress, les manifestations cutanées, les rachialgies chroniques, les pathologies organiques, pour permettre au patient soit de s’en libérer soit de mieux vivre avec.

Il se pratique sous la forme d’un bilan-traitement d’une heure qui s’attache à écouter ce que l’inconscient du patient est prêt à laisser filtrer, décrypter le message, l’éclairer sur les voies à emprunter et tendre vers une meilleure santé physique et psychique.

Six à sept séances sont nécessaires pour retrouver le bien-être.

Elles sont espacées de six semaines pour laisser l’organisme et le psychisme faire leur œuvre de restauration. Chacune est spécifique et offre au patient non seulement un éclairage mais aussi des outils pour changer de comportement pour tendre vers l’harmonie.